Appel du R.P.F

Lettre ouverte aux antifas

Pourris antifas

Ce samedi à Calais vous, collectifs soit-disant antifascites, vous êtes permis de taguer une statue du général de Gaulle.

Vos agissements n’ont strictement rien à envier à ces gens que vous prétendez combattre, Darnand et Doriot auraient, sans aucun doute, été ravis durant l’occupation de vous recruter dans leurs milices ! Mais inutile finalement de vous parler d’eux, votre orthographe et vos connaissances historiques, nous laissent à montrer que vous avez probablement quitté l’école trop tôt et que vous ne devez pas savoir qui sont Darnand et Doriot !

En effet si vous aviez un tant soit peu étudié l’histoire de ce pays -sur lequel vous crachez mais dont vous êtes heureux de toucher les allocations- vous auriez alors appris que si aujourd’hui vous pouvez agir de la sorte c’est parce qu’un homme en 1940 s’est soulevé réellement LUI contre le nazisme et le fascisme pour restaurer les libertés une fois la France libérée ! En revenant au pouvoir en 1958 de Gaulle a fait de sorte à décoloniser la France !

Vos propos tenus sur le réseau social twitter où vous dîtes que de Gaulle s’est enfui à Londres nous prouvent donc que loin d’être antifascistes vous êtes en réalité héritiers de cette famille politique dont vous partagez déjà la violence !

Nous aurions aimé vous entendre et vous voir réagir en voyant nos SDF mourir de froid ou aux viols que subissent les femmes par ces migrants dont vous vous servez finalement pour une fois de plus pratiquer votre passion: saccager, piller, injurier ! Votre soit-disant combat contre le fascisme n’est en réalité qu’un trompe l’oeil !

Les gaullistes ont combattu les nazis et fascistes et les ont vaincus ! Ce ne sont pas des illettrés, incultes, sans valeurs, sans honneur et dépourvus de courage qui feront mettre à genoux les défenseurs de la mémoire et des convictions du général de Gaulle !

Laissez donc les gaullistes qui, eux, combattent réellement le fascisme et retournez à vos études ce qui vous permettra notamment à apprendre à écrire et à trouver un travail afin de ne plus vivre des allocations que vous verse ce pays qui vous « nikez » !

A bon entendeur…

L’éthique gaullienne

1959_president_republique

On a de cesse de parler des fondements essentiels du gaullisme et des 4 piliers qui forment cette vision politique particulière :

– Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes (l’indépendance nationale et la souveraineté populaire)
– Un Etat fort et dirigé (institutions de la Ve République)
– L’association du capital et du travail (3ème voie sociale: ni capitalisme, ni collectivisme)
– Le Rassemblement du peuple français par-delà les clivages politiques (car le vrai gaullisme n’est ni de droite, ni de gauche et encore moins extrémiste)

Mais il faut aussi souligner la déontologie qui animait l’action du général de Gaulle notamment le refus de profiter de l’argent public à des fins personnelles. Le général de Gaulle tenait à payer lui-même les factures d’électricité de ses appartements de l’Elysée, ou les repas donnés à titre privé et ne bénéficiait pas de la sécurité sociale jugeant que cette réforme -qu’il avait réalisé à la libération- avait été créé pour les personnes qui en avaient besoin ! Ce sont ces mêmes principes qui lui ont fait renoncer à sa retraite de Président de la République !

Peut-on alors logiquement se revendiquer de l’héritage du général de Gaulle et du gaullisme originel lorsque l’on se voit condamné pour détournement de bien sociaux, fraude ou toute sorte d’enrichissement personnel au frais, bien évidemment, du contribuable ? La réponse semble évidente !

Le devoir d’un élu de la nation n’est pas de profiter de sa position pour s’enrichir mais uniquement de servir ses concitoyens et administrés ! Tel était le message laissé par le général de Gaulle de par son action, tel est celui qu’incarne le gaullisme originel !

Voeux 2016 du R.P.R

De Gaulle

La France connait une situation difficile, trop de misère, de chômage, d’actes délictueux, en cette période nous ne pouvons que penser aux victimes des lâches attentats qui ont frappé notre pays ainsi qu’à leur famille.

Notre cher et vieux pays est malade, le diagnostics a été mille fois établi. Un vrai problème que nous pouvons traiter de suite, chacun d’entre nous repousse la faute sur l’autre, alors que ce sont d’abord les Français, dans leur ensemble, qui sont responsables de ce déclin.

Aujourd’hui une nouvelle année va voir le jour, nous ne pouvons que souhaiter une chose, qu’elle soit à la hauteur de notre pays, qui est grand !

Nous pourrions nous poser une question : qui va sauver la France ? Les Français de souche ? Nous pouvons craindre que ceux qui arrivent d’ailleurs ne prennent la direction de nos affaires qui deviendront forcément les leurs. Il est temps de reprendre la direction de nos affaires en y croyant !

Suspendons la main mise des oligarchies et des corporatismes, redevenons des Citoyens, heureux de vivre en France, soucieux de l’avenir du pays !

Il est urgent que les Français retrouvent leur instinct et que sortent des élites à la hauteur, sans cela la situation sera pire que celle d’aujourd’hui. L’indépendance à laquelle nous sommes attachés, cela se mérite, cela demande des efforts !

Nous formons des voeux pour que la France, épaulée par les Français, retrouve ce chemin de la grandeur que beaucoup ont abandonné !

Le Rassemblement Patriote et Républicain -le seul qui est en droit d’user du sigle R.P.R- agira aux côtes d’autres formations gaullistes afin de préparer les échéances de 2017 qui détermineront l’avenir de notre pays. Avant la fin de l’année 2016 nous devrons être en ordre de bataille et nous rassembler dans une structure qui portera de nouveau le gaullisme à la place qui lui est due dans notre paysage politique, la première !

Appel de Cochin

chirac_l_appel_de_cochin

« Il est des heures graves dans l’histoire d’un peuple où sa sauvegarde tient toute dans sa capacité de discerner les menaces qu’on lui cache.

L’Europe que nous attendions et désirions, dans laquelle pourrait s’épanouir une France digne et forte, cette Europe, nous savons depuis hier qu’on ne veut pas la faire.

Tout nous conduit à penser que, derrière le masque des mots et le jargon des technocrates, on prépare l’inféodation de la France, on consent à l’idée de son abaissement.

En ce qui nous concerne, nous devons dire NON.

L’élection prochaine de l’Assemblée européenne au suffrage universel direct ne saurait intervenir sans que le peuple français soit directement éclairé sur la portée de son vote. Elle constituera un piège si les électeurs sont induits à croire qu’ils vont simplement entériner quelques principes généraux, (…..) alors que les suffrages ainsi captés vont servir à légitimer les débordements futurs et les carences actuelles, au préjudice des intérêts nationaux.

Le gouvernement français soutient que les attributions de l’Assemblée resteront fixées par le traité de Rome et ne seront pas modifiées en conséquence du nouveau mode d’élection.

Mais la plupart de nos partenaires énoncent l’opinion opposée presque comme allant de soi et aucune assurance n’a été obtenue à l’encontre de l’offensive ainsi annoncée, tranquillement, à l’avance. Or, le président de la République reconnaissait, à juste titre, dans une conférence de presse récente, qu’une Europe fédérale ne manquerait pas d’être dominée par les intérêts américains. (…)

En d’autres termes, les votes des 81 représentants français pèseront bien peu à l’encontre des 329 représentants de pays eux-mêmes excessivement sensibles aux influences d’outre-Atlantique.

(…)

Il est de fait que cette Communauté (….) tend à n’être, aujourd’hui, guère plus qu’une zone de libre-échange favorable peut-être aux intérêts étrangers les plus puissants, mais qui voue au démantèlement des pans entiers de notre industrie laissée sans protection contre des concurrencesinégales, sauvages ou qui se gardent de nous accorder la réciprocité. On ne saurait demander aux Français de souscrire ainsi à leur asservissement économique, au marasme et au chômage. Dans la mesure où la politique économique propre au gouvernement français contribue pour sa part aux mêmes résultats, on ne saurait davantage lui obtenir l’approbation sous le couvert d’un vote relatif à l’Europe.

C’est pourquoi nous disons NON.

NON à la politique de supranationalité.

NON à l’asservissement économique.

Non à l’effacement international de la France. (…)

Nous disons non à une France vassale dans un empire de marchands, non à une France qui démissionne aujourd’hui pour s’effacer demain. (…)

Nous lutterons de toutes nos forces pour qu’après tant de sacrifices, tant d’épreuves et tant d’exemples, notre génération ne signe pas, dans l’ignorance, le déclin de la patrie.

Comme toujours, quand il s’agit de l’abaissement de la France, le parti de l’étranger est à l’oeuvre avec sa voix paisible et rassurante. Français, ne l’écoutez pas. C’est l’engourdissement qui précède la paix de la mort. (…) »

Jacques CHIRAC – Appel dit « de Cochin », 6 décembre 1978

Elections régionales: fin de la comédie !

de Gaulle 3

 

Cette sinistre élection régionale a enfin pris fin hier soir !

Sinistre, car après un tel scrutin nous ne pouvons que faire le constat de l’absence totale de vainqueur et affirmer, sans être grand clerc, que les conséquences seront profondes et durables pour le pays qui est dans un bien triste état.

Cette consultation électorale aura au moins eu le mérite de démontrer que le Front National n’est qu’un leurre – prisonnier de son passé et de ses racines – et qu’il ne sera jamais en mesure de gagner une élection nationale autorisant, par la même, ceux qui conduisent notre pays dans l’abîme à rester en place et à continuer leur entreprise de démolition !

Il est temps pour les gaullistes de se réveiller ! Car seul le gaullisme peut répondre aux problèmes que connait notre pays. Mais pour qu’une nouvelle force gaulliste prenne la place qui lui revient dans le paysage politique français, encore faut-il qu’elle se détermine comme telle ! C’est à dire comme une force à la fois attachée à l’amour de la France mais aussi à une certaine idée de l’homme et dans un positionnement qui soit au dessus des clivages politiques !

Ce n’est pas en copiant le Front National ; en récupérant les éléments douteux qui en ont été rejetés et en se plaçant entre la droite et l’extrême droite qu’un mouvement pourra se démarquer et se présenter comme une réelle alternative politique !

Les Français de par nature ont toujours préféré l’original à une copie qui, de fait, ne dépassera jamais les 4% ! A moins que ces copies en question ne servent justement à empêcher toute tentative de réussite d’une véritable nouvelle force politique et ne favorisent finalement un système qu’ils prétendent combattre !

http://union-du-peuple-francais.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=222:regionales-2015-une-victoire-a-la-pyrrhus-qui-ne-resout-rien&catid=37:communiques-upf&Itemid=58

Communiqué – Elections régionales

Le vrai Rassemblement Populaire et Républicain (RPR, fondé le 14 août 2014), fidèle à la vision du général de Gaulle qui considérait les extrêmes comme « l’ennemi de l’Etat »* ne peut qu’appeler les gaullistes de conviction à faire barrage aux ennemis de l’Etat.

Mais ne jouons pas aux aveugles, le choix porté par les électeurs Français montre un véritable ras-le-bol. Le RPR invite les gaullistes à travailler pour créer une dynamique politique républicaine et sociale et un grand renouvellement nécessaire demandé par les Françaises et les Français !

*« On comprend donc très bien pourquoi nous, qui voulons la France agissante et indépendante, nous trouvons devant nous deux catégories d’opposants. D’un côté, ou, comme on eût dit jadis, « à notre gauche », les séparatistes [NDLR : les communistes]. De l’autre côté, ou, « à notre droite », la coopérative de conservation politicienne et sociale qui, pour le moment, s’appelle : Troisième Force [NDLR : socialistes, radicaux, démocrates-chrétiens et libéraux]. Je ne commettrai certes pas l’erreur ni l’injustice de mettre sur le même plan les opposants des deux espèces. Les premiers sont les ennemis de l’État. Les seconds ne font que lui nuire. » Charles de Gaulle, 1 mai 1950

Jacques-Chirac 11 mars 2007